L’île Maurice et sa culture

Un peu d’histoire…

L’archipel des Mascareignes

C’est en l’honneur du navigateur Portugais Pedro Mascarenhas qui fut donné le nom à cette région. Elle inclut Rodrigues, Agaléga, Saint Brandon, Chagos, Tromelin, Maurice et la Réunion.

Si l’ile de Rodrigues tient son nom du navigateur Portugais Diogo Rodrigues qui la plaça sur une carte pour la première fois en 1528, l’ile Maurice ne fut jamais mentionnée avant que les Hollandais n’y débarquèrent le 20 septembre 1598 dans la Baie du Grand Port et nommèrent cette ile déserte Mauritius, du nom du Prince d’Orange Maurice de Nassau, Stathouder de Hollande.

Cependant, il est établi que les arabes avaient déjà  dès le Ve siècle ,connaissance l’existence des Mascareignes qui figurent sur la carte de Cantino publiée en 1502 sur laquelle l’ile Maurice porte le nom de Dina Arabi.

Quand l’ile Maurice s’appelait l’isle de France

Bertrand François Mahé de La Bourdonnais

Bertrand François Mahé de La Bourdonnais

Au temps des Français au début de XVIIIe siècle, La Réunion s’appelait l’isle Bourbon et Maurice était l‘isle de France : seule Rodrigues fut toujours nommée ainsi.

L’isle de France avec ses ports accueillants et son lagon protégeant des tempêtes fut très convoitée dans cet océan Indien dont elle était la clé de la route des Indes, offrant ainsi vivres et abris. L’isle de France connue auparavant une période d’incertitude ou près de 22 gouverneurs se succéder jusqu’à l’arrivé de Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais, qui prendra la destiné de l’ile en y faisant construire des routes, des aqueducs, des hôpitaux, des échoppes, des casernes, des batteries d’artillerie pour la défense, des poudrières, des moulins… Il entreprit à Port Louis un superbe chantier naval, la transformant ainsi en port confortable.

En 1766 l’isle de France compte 20 098 habitants, dont 1998 Blancs et 18 1000 esclaves. Vingt ans après ils seront 42 828 et au dernier recensement du XVIIIe siècle, en 1797, on comptait 59 020 habitants dont 6 237 Blancs, 3 703 libres (esclaves affranchis) et 49 080 esclaves.

La bataille de Grand Port ile Maurice

La bataille de Grand Port opposa deux escadres Britannique et Française dans la baie de Grand Port entre le 20 et le 27 août 1810. La bataille se solda par une victoire Française.


Sir Robert Townsend Farquhar

Sir Robert Townsend Farquhar

La période anglaise

En 1810 après une capitulation empreinte de courtoisie, l’ile devint Britannique et fut pour la deuxième fois baptisée Mauritius. Toutefois la passation de pouvoir s’avéra un véritable « Gentlemen’s agreement » permettant aux habitants de conserver leurs lois, coutumes et religions.

Ainsi, Britanniques et Français ont cohabité dans un intérêt commun. En 1830, la population totale était de 96 779 habitants composée de 8 592 Blancs,18 019 personnes de couleurs auxquelles il convient d’inclure quelques Noirs des navires contrebandiers et 858 Indiens et Chinois, ainsi que 69 476 esclaves…

En 1835 les Britanniques abolissent l’esclavage ce qui aura des conséquences sur la démographie de l’ile. Pour remplacer les esclaves enfin libérés et ne voulant plus travailler la terre, les colons durent engager de la main-d’œuvre indienne pour travailler dans les champs de canne. Hommes et femmes libres, les immigrants Indiens travaillaient dans des conditions de travail quasi similaire à celles des anciens esclaves. Ils furent ainsi près de 450 000 Indiens à arriver sur l’ile entre 1835 et 1909. Seuls 150 000 retourneront en Inde à la fin de leur contrat.

L’ile obtint son indépendance en 1968  mais ne deviendra qu’en 1992 la République de Maurice.

La République de Maurice

Le Président de la République est le Chef de l’Etat et le Chef suprême des armées. Le pouvoir exécutif est détenu par le Premier ministre qui est à la tête du Gouvernement.

Les membres du parlement sont élus tous les 5 ans au suffrage universel. La composition du Parlement est répartie en 70 sièges, incluant 62 représentants élus au suffrage universel et 8 sièges additionnels connus comme étant les « best loosers » (meilleurs perdants), désignés pour une représentation équitable des communautés minoritaires.

Le drapeau Mauricien

drapeau-ile-mauriceLe drapeau de la République de Maurice se compose de 4 bandes de couleurs différentes, il est de ce fait communément appelé en français Les Quatres Bandes ou The Four Stripes en anglais. Il a été crée par Gurudutt Moher et définitivement adopté le 12 mars 1968 à l’occasion de la proclamation de l’indépendance du pays.

Les quatre couleurs du drapeau symbolise l’ile Maurice, même si l’interprétation dépend selon les individus.

  • Le rouge est la couleur des flamboyants. Foyer d’incendie aux quatre phares de l’horizon, symbole du sang répandu par les aïeux.
  • Le bleu est la couleur du ciel et de l’océan (Indien).
  • Le jaune représente le sable et le Soleil.
  • Le vert symbolise la nature luxuriante et les champs de canne à sucre qui recouvraient à 90 % l’île Maurice et qui représentent un des trois piliers de l’économie mauricienne.

Population et religion à l’ile Maurice

De ces 400 ans d’histoire, la population mauricienne est un meltingpot peuplé de descendants de colons français et anglais, d’esclaves africains, de malgaches, d’indiens et de chinois.

Ce brassage ethnique s’étend à toute la culture mauricienne, que ce soit la culture culinaire, qui mélange saveur d’Afrique et saveur d’Asie ou même dans la religion.

notre-dame-auxiliatrice

Nous pouvons nous en rendre dans les 13 jours fériés à Maurice qui sont la plupart des célébrations religieuses. La Toussaint et Noël qui sont des fêtes catholiques sont fériés.  Mais l’Eid Ul Fitr célébrant la fin du ramadan est également férié. La fête du printemps, marquant le nouvel an chinois est également férié ainsi que de très nombreuses célébrations hindoue et tamoule comme Thaipoosam Cavadee ou Divali pour ne citer que celles-là.

Répartition ethnique et religieuse à l’ile Maurice

Même si la répartition est disparate, il est important de rappeler que les mauriciens ont toujours vécu dans cette pluralité de culture à l’instar de l’ile de la Réunion. Le symbole le plus fort étant la devise qui est repris en cœur pendant la Fête de l’indépendance  du 12 mars : Un seul peuple, une seule nation.

Indo-Mauriciens68%de confession hindoue, musulmane ou chrétienne
Créoles27%majoritairement chrétiens
Sino-Mauriciens3%de confession chrétienne ou bouddhiste
Blancs Mauriciens2%de confession chrétienne